Inauguration de la semaine culturelle : Emotions et Culture Sans limite !

Télécharger l'article au format PDF :

Vendredi 6 Avril le Lycée Jean Lurçat a vécu  un grand moment de Culture : la semaine culturelle s’est ouverte avec Cali.

Avec le soutien du CML, Cali a accepté de venir ouvrir ce temps fort du lycée.

Plusieurs classes de seconde et de terminale avaient travaillé sur son premier roman, Seuls les enfants savent aimer, prix Méditerranée Roussillon 2018.

Les Terminales littéraires ont lu un texte précisant le lien entre Cali, son parcours, son roman et le thème de la semaine « Limite (s), Frontière(s), Territoire (s). »

« Ce roman, c’est aussi une façon de nous montrer que la poésie n’a pas de frontières : nous la retrouvons dans vos textes de chanson comme dans votre roman. » ont-ils dit notamment.

Puis l’ensemble des élèves présents, environ 180, ont posé des questions à l’écrivain, au chanteur, au catalan.

Cet entretien littéraire s’est terminé par un petit cadeau : les élèves de seconde 1 ont remis à Cali le fruit de leur travail en atelier d’écriture : un recueil de poèmes, inspirés du roman de Cali.

Cali, a ensuite assisté au moment même de l’inauguration. Après un discours, de Monsieur Cabrera, proviseur, rappelant les significations envisagées du terme de Frontière, l’inauguration s’est faite en chansons.

La chorale nous a proposé plusieurs chants, dont une surprise pour notre parrain. Elle a interprété, accompagnée des élèves d’art-danse, la chanson du dernier album de Cali Les Choses défendues qui a donné son nom au roman : Seuls les enfants savent aimer. Moment de vive émotion, puisque les élèves ont été rejoint par Cali qui, très généreusement, a chanté avec eux.

Toujours disponible et curieux de l’engagement des élèves, Cali a ensuite pris le temps de faire le tour des salles d’arts et de s’intéresser aux différentes réalisations artistiques  des élèves.

Un début prometteur pour cette semaine culturelle qui se poursuit jusqu’au vendredi 13 Avril.

Marie Cwiczynski

Photos de Loïc Robinot et Cécile Singh